33, les deux épées


C’est une carte qui est représentée par deux épées qui se croisent. Ce qui est notable ici c’est le fait que nous sommes en présence d’un dessin particulièrement simple. Juste deux épées, on ne peut pas faire plus clair. Nous allons donc tout de suite passer à cette interprétation qui est particulièrement simple.

Dans le domaine de l’amour

Quand nous voyons cette carte c’est bien-sûr le divorce qui est suggéré pour les couples mariés. Les choses ne vont pas se faire dans la dentelle, il faudra sortir les gants de boxe pour ce combat. Attention, car nous sommes dans la configuration dans laquelle les choses vont mal dans le couple mais il y a aussi une autre possible.

L’autre cas de figure est celui dans lequel le couple devra faire face à un procès, un combat. Par exemple dans le cas d’un litige avec un artisan, un tiers qui aurait vendu quelque chose au couple. Il y a aussi les histoires de voisinage. Il y aura donc quelque part une source de soucis avec quelqu’un, dans le cas de la carte de l’héritage ce sera avec une personne de la famille qu’il y aura litige.

Dans le domaine du travail

Là, c’est très courant. Le plus souvent ce n’est pas avec le grand patron mais avec un chef direct ou un collègue. Ce qui est positif dans ce combat c’est le fait qu’il y a une sorte d’équilibre des forces comme indiqué par le dessin de la carte. Donc la personne qui tire cette carte a toutes ses chances dans ce combat.

Attention, la meilleure défense c’est l’attaque alors il ne faudra pas faire preuve de faiblesse.

L’autre source de problèmes

C’est l’administration. Il faudra sans doute faire preuve de patience car l’administration prend du temps pour faire ce qu’elle a à faire et outre elle risque de se montrer particulièrement injuste dans bien des cas. Cette carte ne soulève pas le problème de la justice, elle est très politiquement correcte en n’allant pas montrer autre chose que les deux épées au même niveau. pas de déséquilibre, rien ne montre le manque d’humanité de la justice, le fait que les juges ne sont jamais remis en cause dans leurs idées. Une carte bien triste en somme…